lundi 31 octobre 2016

Hello Halloween #10: By the pricking of my thumbs d'Agatha Christie (221B #10).



Bonjour à tous et à toutes!

Je suis AnGee du Livroscope, j'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle chronique! Et ça y est, nous y voilà: Halloween, dernier jour de ce mois d'Octobre. Après un mois de préparation, il va être temps de faire péter les costumes et les bonbons! Et pour conclure ce mois d'octobre en beauté, quoi de mieux qu'un petit roman policier? Pour la dixième étape du Challenge 221B The British Detectives Challenge, j'ai choisi de me pencher sur un roman d'Agatha Christie, By the pricking of my thumbs, mettant en scène Tommy et Tuppence Beresford. En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)

221B, The British Detectives Challenge:
Pour commencer cette chronique, je tiens à vous donner quelques informations sur le Challenge 221B  The British Detectives Challenge. Il s'agit d'un challenge lancé via le super forum Whoopsy Daisy, consacré au monde anglo-saxon. Comme son nom l'indique, il s'agit d'un challenge autour des personnages policiers et détectives de la littérature anglaise. En ce qui me concerne, j'ai choisi de présenter 12 livres (on approche de la fin!). Si vous avez envie d'en savoir plus, je vous invite à suivre les liens ci-dessous qui vous mèneront à mes précédentes chroniques et au forum!


Hello Halloween:
Depuis la création du blog en 2012, j'ai décidé de vous proposer un contenu qui me ressemble et que j'aime, et sans donc sans grande hésitation que j'ai décidé de consacrer le mois d'Octobre à Halloween, ma fête préférée. Chaque année donc, je crée une petite sélection de romans, séries et films qui font peur, frissonner ou qui mettent en scène des créatures comme les sorcières, les vampires, les fantômes... Si vous voulez (re)lire mes précédentes chroniques d'Halloween, je vous invite à suivre le lien ci-dessous.


Agatha Christie, c'est qui?
Si vous connaissez un peu le blog, vous savez probablement que je commence habituellement mes chroniques par une présentation de l'auteur du livre dont je parle. Cependant, Agatha Christie n'est pas une petite nouvelle sur le blog, puisque j'ai déjà eu l'occasion de parler à plusieurs reprises de ses romans. Je vais donc éviter de me répéter et vous laisser suivre le lien ci-dessous qui vous mènera à mes précédents articles sur Agatha Christie.


By the pricking of my thumbs:
Résumé:
La tante Ada vient de mourir. Tommy et Tuppence se rendent dans la maison pour personnes âgées où elle vivait pour faire le tri dans ses affaires et récupèrent un tableau représentant une demeure qui intrigue Tuppence. Elle est persuadée de l'avoir déjà vue quelque part. Mais où? La propriétaire originale du tableau, une certaine Mrs Lancaster, est introuvable et Tuppence décide de retrouver cette maison. Mais dans sa quête, elle risque de se retrouver dans une position plus que délicate...

Une aventure de Tommy et Tuppence:
Comme vous le savez peut-être, Agatha Christie a écrit de très nombreux romans policiers, et a crée des personnages iconiques comme Miss Marple ou Hercule Poirot. Tommy et Tuppence Beresford sont deux autres personnages incontournables de l'auteure.
Leurs vrais noms sont Thomas et Prudence Beresford, surnommés Tommy et Tuppence. Ils donnent leurs noms à une série de quatre romans et à plusieurs nouvelles. A mesure que leurs aventures avancent, les personnages vieillissent: nous les découvrons jeunes, et petit à petit ils arrivent à un âge plus avancé. Dans By the pricking of my thumbs, nous avons un couple de personnes d'âge mûr. 
Tommy et Tuppence ont des caractères assez distincts mais complémentaires. Ils n'ont pas l'habitude d'être séparés et fonctionnent plus comme une entité que comme un couple. Tuppence est assez extravertie, un peu pince sans rire, déterminée et au caractère assez marqué. Tommy apparait un peu plus en retrait, plus réfléchi, que son épouse. 
Les aventures de Tommy et Tuppence ont souvent été adaptées au cinéma et à la télévision, normalement en France avec Catherine Frost et André Dussollier.

Ce que j'ai pensé du livre:
J'ai toujours beaucoup aimé Agatha Christie, une auteure que je trouve incroyablement talentueuse, et dont chacun des livres me plait énormément. Je ne crois pas avoir lu un roman d'Agatha Christie que je n'ai pas aimé, une prouesse! Mais il est vrai que je me suis surtout limitée à ses romans mettant en scène Hercule Poirot, un personnage que j'apprécie énormément. Ce roman est donc mon premier Tommy et Tuppence Beresford. Et j'ai beaucoup aimé cette incursion dans leur univers.

Mon premier coup de coeur, indéniable, c'est sans aucun doute les personnages. Agatha Christie est vraiment une championne dans ce domaine, toujours capable de créer des héros mémorables, attachants et au caractère unique. Dans ce roman, c'est une fois de plus le cas. J'ai trouvé Tuppence et Tommy vraiment hilarants. Ils forment un duo efficace et très complémentaire que j'ai énormément apprécié. 

Comme souvent chez Agatha Christie, on a droit à une intrigue travaillée et divertissante, avec de nombreux retournements de situation. Je ne me suis pas ennuyée une seconde et j'ai passé un très bon moment de lecture. Dès les premiers pages, on est entraîné dans l'histoire et on n'en ressort pas. J'ai juste trouvé que certains éléments étaient un peu tirés par les cheveux, mais je me suis régalée dans l'ensemble.

Ensuite, je dois saluer le talent d'Agatha Christie, qui ne cesse de me surprendre. Sa plume est vraiment agréable à lire, et ses romans se dévorent comme des petits pains. C'est un grand plaisir de la lire, et j'aime particulièrement ses dialogues, un peu piquants. 

By the pricking of my thumbs a été pour moi une belle découverte, un premier pas réussi dans l'univers du couple Beresford. J'ai énormément apprécié ces personnages et leur façon de démêler les fils de l'intrigue, et j'ai vraiment envie de lire le reste de leurs histoires. J'ai aussi envie de voir les adaptations, ce que je n'ai pas encore eu l'occasion de faire. 

Et voilà, c'est avec cette chronique que se termine notre mois Halloween! Merci à tous d'avoir visité le blog au cours de ce mois d'Octobre, votre soutien est toujours précieux! On se retrouve dès demain pour la première chronique de Novembre, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup! :)

AnGee.

samedi 29 octobre 2016

Hello Halloween #9: The Witch's Trinity d'Erika Mailman.



Bonjour à tous et à toutes!

Je suis AnGee du Livroscope, j'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle chronique! On se retrouve aujourd'hui pour l'avant-dernière (et oui déjà) chronique de notre mois Halloween. Avant un dernier article qui sortira dans quelques jours, je vous propose de nous pencher une fois de plus sur notre sujet fil rouge de cette année: les sorcières. J'ai récemment lu un roman d'Erika Mailman, intitulé The Witch's Trinity, que j'ai décidé de vous présenter aujourd'hui. En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)

Hello Halloween:
Pour commencer cette chronique, il me faut vous donner quelques informations sur le mois Halloween, même si celui-ci touche à sa fin. Grande fan d'Halloween depuis toujours, j'ai décidé de consacrer, depuis l'ouverture du blog, chaque mois d'Octobre à cette fête. Un mois, dix chroniques, un but: nous préparer pour l'ambiance d'Halloween! Cette année, j'ai choisi les sorcières comme thème principal. Si vous avez envie d'en savoir plus sur ce Challenge, je vous invite à suivre le lien ci-dessous!


Erika Mailman, c'est qui?
Il est à présent temps de nous pencher sur notre auteure du jour: Erika Mailman! Je n'ai pas trouvé beaucoup d'informations sur cette auteure, mais voici tout de même quelques éléments. Erika Mailman est née aux Etats-Unis et a grandi dans le Vermont. Elle descend apparement de personnes accusées pendant les procès des sorcières de Salem et a toujours été passionnée par ce sujet. Après ses études, elle est devenue journaliste mais elle a a aussi décidé de se consacrer à la fiction. The Witch's Trinity, sorti en 2007,  est son premier roman. Si vous avez envie de découvrir un peu plus ce travail, je vous conseille de suivre le lien ci-dessous qui vous mènera à son site personnel.


The Witch's Trinity:
Résumé:
1507. Tierkinddorf, en Allemagne, est un petit village touché depuis plusieurs années par de mauvaises récoltes. La faim se fait de plus sentir parmi les habitants qui n'ont bien souvent plus que quelques miettes à se mettre sous la dent chaque jour. Güde Müller est une vieille femme vivant avec son fils, sa belle-fille et deux petits enfants et affronte elle aussi la faim, mais aussi la cruauté de sa belle-fille qui ne cesse d'augmenter chaque jour. Alors lorsque des religieux viennent au village pour tenter de mettre la main sur des sorcières qui pourraient porter malheur aux habitants et aux récoltes, les vieilles tensions se ravivent et l'horreur commence...

Un village rendu fou par la faim:
Contrairement aux autres oeuvres autour des sorcières que je vous ai présentées ce mois-ci, nous ne sommes pas à Salem mais en Allemagne, en plein coeur du Moyen-Âge. Erika Mailman s'est pourtant lourdement inspirée de cet épisode de l'histoire car, comme je l'ai mentionné plus haut, cela fait partie de son héritage familial. 
Elle nous propulse donc dans une période assez similaire, celle d'un Moyen-Âge obscurantiste où la voix du prêtre fait office de loi et de guide. La communauté vit recluse sur elle-même, loin du reste du monde, et fait bloc contre des ennemis communs. Tout d'abord la faim, puis les sorcières, qu'ils rendent responsables de cette famine. Les témoignages se succèdent, accablant. Mais sont-ils persuadés de ce qu'ils disent, sont-ils sujets à des hallucinations? Les sorcières existent-elles vraiment?

Ce que j'ai pensé du livre:
C'est complètement par hasard que je me suis décidée à lire The Witch's Trinity. Il me manquait un livre pour ce mois-ci, et j'ai donc tout simplement emprunté à la bibliothèque le premier livre sur lequel je suis tombée et dont le titre comprenait le mot "witch". Au final, cette lecture a été plutôt intéressante, même si je suis un peu sceptique suite à ma lecture.

Commençons par le positif. Tout d'abord, je trouve l'écriture d'Erika Mailman plutôt convaincante. C'est fluide, agréable à lire, et plutôt travaillé. Elle retranscrit bien les impressions de Güde, parfois très vivaces. C'est un élément que j'ai vraiment apprécié et j'espère qu'elle poursuivra sa carrière d'auteure de fiction à l'avenir.

J'ai également beaucoup aimé le choix de l'époque et du lieu, un choix qui crée une ambiance vraiment particulière, très différente des autres livres que j'ai lus ce mois-ci qui se tournaient quasiment tous vers Salem et ses sorcières. Si l'influence est la même j'ai apprécié cette façon de la détourner. J'ai trouvé que le début était très original, et l'atmosphère étouffante, convaincante et angoissante. 

Pour ce qui est des personnages, Güde est un personnage attachant, que l'on suit avec intérêt. On suit ses interrogations, ses ressentis, ses craintes. En revanche, les autres personnages apparaissent comme très caricaturaux, notamment sa belle-fille, qui est vraiment beaucoup trop unidimensionnelle. C'est un peu dommage, l'histoire aurait gagné en profondeur avec des personnages secondaires un peu plus détaillés. 

Mon gros problème avec le livre, c'est sans aucun doute l'intrigue. Pour être honnête, j'avais eu une impression très positive en lisant le début. On ne s'ennuyait pas, et il y avait un de la tension. En revanche, j'ai eu la forte impression qu'Erika Mailman ne savait pas vraiment comment achever le livre. Le dernier tiers du livre est donc assez brouillon, et la toute fin me laisse un peu perplexe.

Je trouve aussi que certains passages sont un peu too much. J'ai été franchement assez mal à l'aise en lisant certaines scènes, notamment celles qui se déroulent dans les bois. Donc si vous êtes un peu sensibles, passez votre chemin!

En bref, The Witch's Trinity a été une lecture assez intéressante et sympathique, mais qui me laisse tout de même une impression assez mitigée. Si vous aimez les sorcières, ce roman peut vous plaire, mais attention, ça peut être un peu perturbant parfois à lire!

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cette chronique vous plait, n'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire. On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup! :)

AnGee.

mercredi 26 octobre 2016

Hello Halloween #8: The Penguin Book of Witches.



Bonjour à tous et à toutes!

Je suis AnGee du Livroscope, j'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle chronique! On ne change pas une équipe qui gagne, et nous voilà donc une fois de plus dans notre mois Halloween avec une lecture qui risque de plaire aux amateurs de sorcières. J'ai en effet récemment lu le livre The Penguin Book of Witches, une anthologie très intéressante et que j'ai eu envie de partager avec vous. En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)

Hello Halloween:
Pour commencer cette chronique, je tiens à vous donner quelques informations sur le mois Halloween. Depuis la création du blog, j'ai décidé de mettre en avant ma fête préférée de l'année: Halloween. Chaque mois d'Octobre, je propose un mois Halloween, avec des créatures effrayantes comme des sorcières, des vampires, ou encore des fantômes. Si vous avez envie d'en savoir plus sur ce rendez-vous, je vous laisse suivre le lien ci-dessous!


Les Penguin Books:
Aujourd'hui, ce n'est pas un auteur que je vais vous présenter mais une maison d'édition. Le livre que j'ai choisi est en effet une compilation d'anciens documents et n'a donc pas à proprement parler d'auteurs. Il s'agit d'un livre publié par la maison d'édition Penguin, une maison d'édition extrêmement célèbre partout dans le monde. Elle a été créée au début des années 1930 par Sir Allen Lane et très vite, le succès fut au rendez-vous. En effet, Penguin se démarque de ses concurrents en proposant des livres de poche à très bas prix, notamment beaucoup de classiques. C'est encore aujourd'hui une maison d'édition très importante, avec des prix toujours plutôt bas. On trouve dans leur collection les Penguin Books, des petites anthologies sur des thèmes particuliers. Ici, les sorcières!

The Penguin Book of Witches:
Résumé:
Les sorcières, ce ne sont pas que des personnages de fiction. Ce sont aussi de vraies personnes, le plus souvent des femmes, dont certaines ont écopé de cette dénomination pour des raisons très souvent erronées. C'était surtout le cas lors de périodes sombres de l'Histoire. Ce livre compile différents extraits de documents judiciaires ou légaux remontant jusqu'au 16ème siècle. Compte-rendu de procès, documents pour rechercher de potentielles sorcières, nous découvrons grâce à ce livre un large panel de différents cas historiques de chasses aux sorcières... 

Des documents retranscris:
Comme je l'ai mentionné un peu plus haut, The Penguin Book of Witches se présente comme une anthologie autour du thème des sorcières, et recense plus particulièrement des cas historiques de femmes (mais aussi d'hommes) accusées de sorcellerie. Les différents documents présentés sont donc des retranscriptions de documents dont les plus anciens sont issus du 16ème siècle.
Que trouve-t'on particulièrement dans ce livre? Katherine Howe, qui s'est chargée de rassembler les documents, s'est focalisée principalement sur la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.
La majeure partie des éléments est composée de compte-rendus de procès, de mandats d'arrestation venant de vrais cas. Il y a aussi beaucoup de documents très sérieux, des essais notamment, sur la sorcellerie et la détection aux sorcières. Le thème majeur est sans aucun doute la répression et la chasse aux sorcières: l'intérêt porté à Salem dans ce livre le confirme.

Une importance portée à Salem:
Mais que sont au juste les sorcières de Salem? Nous avons déjà brièvement mentionné ce sujet plus tôt dans le mois lorsque j'ai parlé du film Hocus Pocus, se déroulant à Salem, dont les personnages sont des sorcières pendues après le procès des sorcières de Salem. 
Il s'agit d'une série de procès qui se sont déroulés à Salem, dans le Massachusetts en 1692. En cette fin de 17ème siècle, plusieurs femmes et hommes sont accusés de sorcellerie: on les blâme d'avoir envoûtés d'autres membres de leur communauté. Les procès permettent de condamner plusieurs personnes, et jusqu'à une centaine d'individus sont soupçonnés de faits de sorcellerie. 
Dans ce livre, même si tous les cas ne peuvent pas être couverts, on retrouve une liste assez intéressante de mandats d'arrêt et de compte-rendus, comme par exemple celui du procès de Sarah Good, l'une des figures incontournables des procès de Salem...



Ce que j'ai pensé du livre:
Alors que j'étais à la bibliothèque en train de faire quelques recherches pour mon mois Halloween, je suis tombée par hasard sur ce livre que je ne connaissais pas. Intriguée, j'ai décidé d'y jeter un oeil avec en tête l'idée de peut-être vous le présenter. Et comme j'ai trouvé ce livre vraiment très intéressant, je me suis décidée. Si vous cherchez un livre sur des cas historiques de personnes accusées de sorcellerie, ce livre risque fortement de vous intéresser! 

Au risque de me répéter, j'aimerais revenir sur un point: The Penguin Book of Witches est une anthologie de documents. Ce n'est pas de la fiction, ni même une encyclopédie. C'est un livre vraiment destiné à récapituler des faits historiques. Cela peut donc vous rebuter si vous n'êtes pas fan de ce genre de livres. 

En revanche, si vous avez un intérêt historique pour les sorcières, il risque de fortement vous plaire. Tout d'abord, j'ai été assez impressionnée de voir que les documents présentés remontaient si loin. On se focalise principalement sur le 15ème et le 16ème siècles, une période où la chasse aux sorcières était particulièrement développée, et j'ai trouvé fascinant la richesse des textes retranscrits. 

J'ai surtout aimé les documents type compte-rendus de procès ou interrogations des suspects de sorcellerie. Ce qu'on leur reproche est parfois tout simplement incroyable, et les témoignages peuvent nous sembler complètement aberrants. Mais il ne faut pas oublier que c'était une époque très différente, et que la torture était aussi parfois employée pour faire "avouer" tout et n'importe quoi. Les croyances populaires étaient également très, très différentes. 

Cela se voit aussi dans les autres documents qui ont davantage la forme d'essais ou d'articles parus à l'époque sur comment détecter et s'occuper des sorcières. Ce sujet était alors extrêmement sérieux, et c'est très intéressant de voir comment les gens souhaitaient gérer tout ça quelques siècles en arrière.

Vous l'aurez peut-être compris avec mon article, mais j'ai vraiment énormément aimé la partie consacrée aux procès de Salem. C'est une période que je connais, pour être honnête, uniquement grâce à des oeuvres de fiction, et je suis assez contente d'avoir pu enfin en apprendre davantage sur ce qu'il s'est vraiment passé à l'époque. 



The Penguin Book of Witches a néanmoins un petit défaut selon moi: les notes ou introductions mériteraient d'être plus développées, car parfois on a juste l'impression de lire une longue suite de vieux documents, ce qui peut vite lasser. Néanmoins, encore une fois, au point de vue historique, ce livre est vraiment une belle entrée en matière pour découvrir les sorcières. 

Ce livre a été une lecture très enrichissante pour moi qui m'a permis d'apprendre beaucoup de choses et que j'ai beaucoup aimée découvrir. Si le sujet vous intéresse, n'hésitez pas à y jeter un oeil!

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui, j'espère que cette chronique vous plait! N'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire! On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup :).

AnGee.

dimanche 23 octobre 2016

Hello Halloween #7: Le fantôme de l'Opéra de Gaston Leroux. (+ LEAF)





Bonjour à tous et à toutes!

Je suis AnGee du Livroscope, j'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour un nouvel article! Comme c'est le cas depuis le début du mois, je vous propose aujourd'hui une nouvelle chronique pour Halloween, qui approche à grands pas. Il y a quelques jours, je vous avais proposé une lecture mettant en scène des fantômes (The Woman in Black de Susan Hill) et j'ai eu envie de me pencher sur un autre livre sur ce même thème, un classique de la littérature française: Le fantôme de l'opéra de Gaston Leroux. En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une très bonne lecture! :)


Cette lecture compte pour le challenge LEAF de Psylook: 20/50.





Hello Halloween:
Pour commencer cette chronique, je trouve important de commencer par une petite présentation de mon rendez-vous du moment: Hello Halloween! Grande fan d'Halloween depuis toujours, j'ai eu envie dès la création du blog de mettre cette fête à l'honneur. Pour la cinquième année consécutive, je vous propose donc un mois d'Octobre placé sous le signe de la peur, de l'angoisse et des créatures étranges. Si vous avez envie d'en savoir plus ou de relire mes précédentes chroniques, je vous invite à suivre le lien ci-dessous!


Gaston Leroux, c'est qui?
Il est à présent temps de nous pencher sur notre auteur du jour, le fameux Gaston Leroux! Né en 1868 en Normandie, Gaston Leroux fut d'abord avocat, une profession qu'il exerça pendant quelques années. Mais en parallèle de cette activité, il touche aussi au monde du journalisme en écrivant des compte-rendus de procès puis en devenant journaliste judiciaire. Il développe ainsi sa plume, qu'il met également au service de la fiction. Principalement connu pour ses romans policiers, on retrouve dans sa bibliographie des classiques comme ceux mettant en scène Rouletabille (Le mystère de la chambre jaune, Le parfum de la dame en noir), ou d'autres comme Le fantôme de l'Opéra. Après deux mariages et deux enfants, Gaston Leroux décède en 1927.

Le fantôme de l'Opéra:
Résumé:
A l'Opéra, on trouve des chanteurs talentueux, de splendides spectacles, mais il s'y passe aussi des événements si étranges qu'on les pense surnaturels. Un lustre qui s'effondre, des morts mystérieuses... Certains racontent qu'un fantôme se trouverait dans l'Opéra. Une rumeur que les directeurs de l'Opéra ne prennent pas vraiment au sérieux. De son côté, le vicomte Raoul de Chagny voit sa bien aimée, la superbe Christine Daaé, une chanteuse à la carrière prometteuse, agir de façon plus qu'étrange. Qui est le fantôme de l'Opéra? Que veut-il à Christine?



Christine, Raoul, et le fantôme:
Le roman nous présente plusieurs personnages, qui ont tous un lien plus ou moins direct avec l'Opéra: on y trouve les propriétaires de l'Opéra, les gens qui y travaillent, les chanteurs et chanteuses, le public et aussi et surtout le fantôme. Ne pouvant pas vous présenter tous les personnages pour éviter un article à rallonge, je voudrais tout de même me focaliser sur trois d'entre eux: Christine, Raoul et le fantôme.
Commençons par Christine Daaé. Christine est une jeune femme travaillant à l'Opéra, où elle est chanteuse. Décrite comme très belle, elle est orpheline et a été recueilli par la femme de son professeur de chant. Sa voix est merveilleuse, et une belle carrière peut s'offrir à elle. Mais elle a attiré sur elle le regard du fantôme qui devient alors obsédé par la jeune femme...
Raoul, quant à lui, est un jeune vicomte. Vicomte de Chagny pour être plus précise. Tout comme le fantôme, Raoul est épris de Christine, qu'il connait depuis longtemps et qu'il espère épouser. Cependant, le jeune homme se retrouve en proie au doute car il soupçonne qu'un autre homme est présent dans la vie de Christine.
Cet autre homme, serait-ce le fameux fantôme? Certains pensent à une mauvaise blague, à une rumeur stupide ou à un profiteur qui essaierait de prendre l'argent des propriétaires de l'Opéra. Découvrira-t'on la véritable identité du fantôme?

Un classique adapté mille fois:
Depuis sa publication en 1910, Le fantôme de l'Opéra est devenu un vrai classique. Un classique qui a inspiré énormément d'adaptations, dans différents domaines. 
Etant donné que le livre se déroule à l'Opéra et que plusieurs personnages sont des chanteurs, il parait assez évident qu'il ait inspiré plusieurs comédies musicales. Il en existe des dizaines, dont certaines sont devenues très connues. Une nouvelle version devait être présentée en France au théâtre Mogador mais suite à un incendie au théâtre, cela est suspendu pour le moment.
Le cinéma n'est pas en reste, avec plusieurs films depuis les années 20. Le plus récent en date est un film réalisé par Joel Schumacher. 
Si vous avez envie d'en savoir plus sur les adaptations et les représentations du Fantôme de l'Opéra, je vous invite à regarder les vidéos ci-dessous, réalisées par Lindsay Ellis.





Ce que j'ai pensé du livre:
Si je connaissais déjà Gaston Leroux pour certains de ses romans, je dois avouer que je ne suis pas une experte de son oeuvre. Le fantôme de l'Opéra m'intriguait depuis longtemps car j'ai souvent vu des images d'adaptations et j'avais aussi très envie de voir la comédie musicale un jour. Je tenais vraiment à lire le livre avant, et j'ai vraiment énormément aimé ce classique, que j'ai trouvé passionnant!

Mon premier coup de coeur dans ce livre va sans nul doute au style de Gaston Leroux. Je l'avais déjà beaucoup apprécié dans d'autres de ses romans, comme Le mystère de la chambre jaune que j'avais déjà beaucoup aimé, et j'ai été une nouvelle fois séduite par son style assez direct et piquant. Il réussit bien à retranscrire l'ambiance particulière de l'Opéra et les émotions des personnages. C'est très agréable à lire!

L'intrigue est également très intéressante. J'ai dévoré le roman en seulement deux jours, et j'ai eu du mal à le lâcher pour faire autre chose. Ce que j'ai aimé le plus, c'est qu'on ne s'ennuie pas. Il se passe toujours quelque chose, et la fin est un climax vraiment très bien maîtrisé. J'ai passé un excellent moment de lecture avec Le fantôme de l'Opéra.

En ce qui concerne les personnages, j'ai énormément aimé Christine, que je trouve très attachante. J'ai pris plaisir à découvrir son histoire. J'ai un peu plus de mal pour ce qui est de Raoul. Son côté amoureux transi est un peu too much pour moi. Le fantôme est en revanche la star incontestée du roman, avec un côté mystérieux que j'ai énormément aimé.

Il n'y a pas vraiment grand chose que je n'ai pas aimé dans ce roman. J'ai passé un excellent moment avec Le fantôme de l'Opéra et j'ai énormément envie de voir les adaptations qui en sont tirées. Je ne peux que vous recommander ce classique toujours aussi passionnant! 

Pour moi, Le fantôme de l'Opéra a été une lecture coup de coeur, un excellent moment que j'ai adoré. Je ne regrette pas de l'avoir lu et je ne peux que le conseiller.

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cette chronique vous plait, n'hésitez pas à me laisser un petit commentaire. Je vous réponds toujours avec plaisir! On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup! :)

AnGee.

mardi 18 octobre 2016

Hello Halloween #6: Frankenstein de Mary Shelley.



Bonjour à tous et à toutes!

Je suis AnGee du Livroscope, j'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle chronique! On se retrouve aujourd'hui pour la sixième étape de notre mois Halloween et j'ai décidé d'enfin proposer une chronique digne de ce nom à un livre que j'adore: Frankenstein de Mary Shelley. j'ai déjà eu l'occasion d'en parler à plusieurs reprises ici et là, mais sans en faire un faire une vraie chronique. Je vous propose donc de découvrir ce roman. En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)

Hello Halloween:
Pour commencer cette chronique, je me dois de vous parler un peu du mois Halloween. Grand fan de cette fête et de son ambiance depuis toujours, j'ai décidé depuis la création du blog de proposer chaque année un mois consacré à cette fête. Pour cette cinquième édition, dix articles sont à découvrir autour de plusieurs thèmes, comme les sorcières et les fantômes. Si vous avez envie d'en savoir plus sur le mois Halloween, je vous laisse suivre le lien ci-dessous.


Mary Shelley, c'est qui?
Si vous connaissez un peu le blog, vous savez sûrement que j'ai l'habitude de commencer mes chroniques par une petite présentation des auteurs dont je parle. Mais dans le cas de Mary Shelley, elle n'est pas une inconnue du blog: en effet, j'ai déjà eu l'occasion de parler d'elle sur le blog. Je vais donc éviter de me répéter, et à la place je vous suggère de suivre le lien ci-dessous pour en savoir plus à son sujet!


Frankenstein:
Résumé:
Robert Walton est en pleine exploration au pôle Nord avec son équipage lorsqu'il récupère Victor Frankenstein, un jeune scientifique à bout de forces. Après plusieurs jours, le jeune homme décide de raconter à Robert Walton son histoire, celle d'un scientifique qui a décidé de tenter l'impossible: créer un homme grâce à ses connaissances. Mais l'expérience tourne au cauchemar lorsque sa créature se met à le suivre partout, semant la désolation sur son passage, pour lui demander une chose, une seule: une compagne pour la vie...

Quand la science va trop loin:
L'un des sujets majeurs de Frankenstein, qui est au coeur du roman, est sans aucun doute la science. Notre héros, Victor Frankenstein, est décrit comme étant passionné de sciences depuis l'enfance. Il grandit dans la lecture de livres scientifiques et se décide ensuite à l'étudier. Très vite, il se lance un objectif incroyable, que personne n'a jamais réussi à tenir et qui semble insurmontable: découvrir le secret de la vie. Ce but devient pour lui une véritable obsession, au point d'en délaisser tous ses proches, sa famille et ses amis. Il est obnubilé et consacre chaque minute de son temps à ses recherches. Ce qui a probablement contribué à l'image du savant fou que l'on a aujourd'hui.
On retrouve dans ce roman, en parallèle de la science, la question du divin et plus généralement de la religion. Un homme lambda, aussi intelligent soit-il, peut-il s'approprier la création d'un autre homme? Vaincre la mort? Mary Shelley fait référence aux croyances à plusieurs reprises dans son livre, que ce soit dans le sous-titre (que je mentionne un peu plus loin) ou dans les références qu'elle emploie: Paradise Lost de Milton en est un très bon exemple.

Explication du sous-titre:
Lorsqu'on pense au roman Frankenstein, on a tendance à oublier deux choses: que Frankenstein désigne le créateur et non pas la créature, et que le roman s'accompagne d'un sous-titre. Ce sous-titre, c'est "Le Prométhée Moderne". Mais qu'est-ce que cela signifie?
Prométhée est un personnage de la mythologie grecque. Ce Titan, dans la mythologie, est celui qui a crée les hommes en se servant de boue. Mais réalisant que les hommes étaient trop faibles pour survivre dans le monde, il décide de leur faire un cadeau:le feu sacré des dieux de l'Olympe, qui leur permet de prospérer. Mais les dieux, mécontents du vol du feu qu'ils tenaient à garder pour eux, punissent Prométhée en l'enchaînant sur le mont Caucase. Et pour que la punition soit encore plus forte, le Titan doit supporter de se faire manger chaque jour le foie par un aigle.
Le parallèle entre Frankenstein et Prométhée est très intéressant. Déjà, il replace le créateur au centre de l'histoire, alors qu'aujourd'hui on a tendance à ne penser qu'au monstre. Ensuite, la destinée de Victor est similaire à celle du Titan: en s'octroyant un pouvoir qui n'est pas le sien, il se retrouve lourdement puni...

Ce que je pense de ce livre:
Comme c'est le cas pour la plupart de mes livres préférés, j'ai découvert Frankenstein à l'adolescence. J'avais déjà à l'époque une grande passion pour les classiques, surtout pour les classiques sombres, aux histoires tragiques (high five, Edgar Allan Poe). Pour moi, Frankenstein a été une découverte incroyable, et il reste à ce jour mon roman préféré, un livre que je relis au moins une fois par an. Et si j'arrive à vous donner ne serait-ce qu'un peu envie de le lire, ce serait super.


L'intrigue est très bien construite, avec beaucoup de rythme. Les premières pages se focalisent sur Robert Walton, prenant le temps d'installer une ambiance particulière, avant de faire surgir Frankenstein et son histoire. Je trouve le système des récits enchâssés très bien employés, et j'aime énormément la montée en puissance de l'histoire qui correspond avec la frustration de plus en plus forte de la créature.

Les personnages constituent l'un des autres points forts du roman. Je suis personnellement très attachée à Victor, dont on ressent clairement les sentiments: son obsession, sa tristesse et son désespoir sont palpables, et j'aime énormément sa partie de la narration. L'histoire de la créature est aussi très réussie, et j'aime beaucoup le développement de ce personnage. La relation entre les deux est passionnante, et a fait souvent l'objet d'analyses, ce que je comprend!

Je suis aussi une grande fan du style de Mary Shelley. Sa plume est soignée, élégante, et a un côté très romantique, probablement logique en raison de la relation amicale qu'elle entretenait avec Lord Byron lors de l'écriture du livre, et sa relation amoureuse cette fois avec le poète Percy Shelley. Lire Mary Shelley est à chaque fois une expérience pour moi.

Frankenstein est tout simplement un roman passionnant, un classique incontournable que j'adore et que je ne peux que recommander. Il a été adapté un million de fois, mais rien ne vaut le livre original!

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cette chronique vous plait! N'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire! On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant prenez soin de vous! :)

AnGee.


samedi 15 octobre 2016

Hello Halloween #5: DisneyOscope #10: Hocus Pocus de Kenny Ortega.


 

Bonjour à tous et à toutes!

Je suis AnGee du Livroscope! J'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle chronique! On se retrouve aujourd'hui pour la cinquième chronique du mois consacré à Halloween (je n'arrive pas à croire que nous sommes déjà à la moitié!). Nous allons retourner à notre thème de l'année: les sorcières. Pour notre DisneyOscope d'Halloween, j'ai décidé de parler d'un film qui colle parfaitement à l'ambiance, à savoir Hocus Pocus, sorti en 1993! En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)

Hello Halloween:
Pour commencer, je tiens à vous donner quelques informations sur le rendez-vous Hello Halloween. Grande fan depuis toujours de cette fête, j'ai décidé depuis la création du blog de vous proposer chaque année en Octobre un mois consacré uniquement à Halloween. Cette année, ce sont les sorcières qui sont à l'honneur! Si vous avez envie de lire ou relire mes précédentes chroniques, je vous invite à suivre le lien ci-dessous!


DisneyOscope:
Un autre élément sur lequel je tiens à revenir avant d'entrer dans le vif du sujet: le DisneyOscope. Depuis presque un an, je me suis lancée dans un petit rendez-vous mensuel pour vous partager ma passion pour Disney: chaque mois, je vous propose de découvrir un film Disney. Et pour ne pas perdre le côté littéraire du blog, j'accompagne chaque film d'une petite présentation d'un livre, qu'il s'agisse d'un roman qui a été adapté, ou d'un livre partageant des sujets ou thèmes communs. Si vous avez envie d'en savoir plus, je vous conseille de cliquer sur le lien ci-dessous qui vous mènera à mes précédents articles sur Disney.


Hocus Pocus:
Quelques informations sur le film:



Hocus Pocus est un film sorti en 1993. Produit par les studios Disney, il a été réalisé par Kenny Ortega. Ce réalisateur a beaucoup travaillé avec Disney, réalisant dernièrement les deux films Descendants, racontant l'histoire des enfants des villains Disney. Le film était à l'origine prévu pour être un téléfilm, mais a au final été produit pour le cinéma. Au niveau du casting, on retrouve Bette Midler, Kathy Najimy et Sarah Jessica Parker dans les rôles des soeurs Sanderson. Omri Katz interprète Max, et Vinessa Shaw joue Alisson. Le film fut un joli petit succès au box office, rapportant près de 40 millions de dollars pour un budget de 25 millions. Il est depuis devenu culte, rediffusé fréquemment à la télévision lors de la période d'Halloween. Si vous avez envie d'avoir un aperçu du film, voici quelques images:



Résumé:
Lorsque Max Dennison se retrouve à déménager à Salem avec sa famille, l'adolescent n'est pas franchement ravi. Mais il change très vite d'avis lorsqu'il rencontre Alisson, une charmante jeune fille qui étudie dans le même lycée. Voulant l'impressionner, il l'emmène dans la demeure des soeurs Sanderson, trois sorcières ayant vécu voilà plusieurs siècles et qui avaient traumatisé la population locale. Sans le vouloir, l'adolescent fait revenir Sarah, Winifred et Mary pour une soirée d'Halloween que les jeunes adolescents ne risquent pas d'oublier... Arriveront-ils à remettre les choses en ordre? 

Les soeurs Sanderson, maléfiques sorcières:
Comme vous l'aurez compris avec le résumé, Hocus Pocus met en scène trois sorcières dans un lieu assez symbolique: Salem! Les soeurs Sanderson sont les trois sorcières que nos jeunes héros ont à affronter et il me semble important de vous les présenter un peu plus en détails!
L'aînée des soeurs Sanderson s'appelle Winifred, surnommée Winnie. Rousse, Winifred est celle qui donne les ordres, celle qui s'impose. Elle est la plus futée, et celle qui veut le plus récupérer le livre contenant les sortilèges. Elle est jouée par Bette Midler. 
La seconde des soeurs est Mary: un peu plus effacée que les deux autres, elle cherche désespérément à plaire à sa soeur aînée, voulant toujours attirer son attention. Elle est jouée par Kathy Najimy.
Enfin, nous avons la petite dernière, la sensuelle Sarah. Jouée par Sarah Jessica Parker, que certains connaissent surement pour son rôle dans Sex & the City, Sarah aime séduire les hommes. Elle joue de ses charmes et s'amuse aux dépens de ses victimes.
Ensemble, elles forment un trio puissant de sorcières, prêtes à mettre la ville de Salem à genoux...

Ce que j'ai pensé du film:
C'est il y a quelques mois que j'ai enfin découvert Hocus Pocus. Après plusieurs années à entendre parler de ce film et à en voir des extraits, j'ai enfin décidé de le regarder, à une période où j'avais vraiment envie d'être à Halloween. Depuis, je l'ai revu plusieurs fois, et j'aime énormément ce film: Hocus Pocus est un bon film familial et sympathique, parfait à voir en ce moment! Voici ce que j'en pense un peu plus en détails.

Ce que je préfère dans ce film est sans aucun doute l'ambiance. C'est exactement le genre d'ambiance que je préfère au monde: celle d'Halloween. Tout est génial dans ce film: les costumes (notamment ceux des soeurs Sanderson), les maquillages (surtout, encore une fois, ceux des soeurs Sanderson), la musique, les décors, le background des sorcières... C'est tout ce que j'aime! Si vous aimez les films d'Halloween et que vous n'avez encore eu l'occasion de le voir: je vous le conseille!

Une autre des raisons de mon amour pour ce film est sans nul doute les soeurs Sanderson. Elles sont aujourd'hui devenues des personnages cultes, ce que je comprend tout à fait: elles sont vraiment hilarantes! Elles sont très charismatiques et crèvent l'écran. Ce sont elles les vraies stars du film, reléguant nos adolescents au second plan. Je pense que ma soeur préférée est sans aucun doute Sarah. Je trouve que Sarah Jessica Parker est parfaite dans ce rôle!



Pour ce qui est de l'intrigue, on ne peut pas nier qu'elle soit un peu prévisible. Les événements se déroulent sans grande surprise, et on voit la fin arriver très vite. Cependant, le film reste très divertissant, en partie grâce à la performance des acteurs qui s'éclatent visiblement et les moments sympas, comme les chansons ou les scènes un peu drôles. Donc même si on voit arriver l'intrigue, elle est racontée de façon à ce qu'on ne s'ennuie pas. Un autre bon point donc.

Ce que j'apprécie aussi avec ce film, c'est qu'il est familial. Beaucoup associent Halloween avec les films d'horreur, les trucs qui dégoulinent de sang et les serial killers fous furieux. En ce qui me concerne, j'ai toujours vu ça comme une fête avec un côté très familial, aussi les films que j'adore regarder à cette période sont des films comme celui-ci ou les films The Addams Family. C'est un film que vous pouvez regarder en famille et tout le monde passera un bon moment.

En bref, Hocus Pocus est un film que je vous recommande chaudement! En revanche, ce mois-ci, je n'ai pas de livre à vous présenter. Non pas parce qu'il n'y a pas de livres sur les sorcières, mais tout simplement parce que celui que j'ai choisi est si intéressant qu'il mérite une chronique à part entière. Je vous donne rendez-vous dans une prochaine chronique pour en parler plus en détails :).

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui, j'espère que cet article vous plait! N'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire, je vous réponds toujours avec plaisir. On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup! :)

AnGee.

mercredi 12 octobre 2016

Hello Halloween #4: The Woman in Black de Susan Hill.



Bonjour à tous et à toutes!

Je suis AnGee du Livroscope, j'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle chronique! On se retrouve aujourd'hui pour le quatrième numéro de notre mois spécial Halloween, qui parlera de créatures que nous n'avons pas encore abordées ce mois-ci: les fantômes! J'ai récemment lu le roman The Woman in Black de Susan Hill publié en 1983 et qui est revenu sur le devant de la scène il y a quelques années grâce à son adaptation avec Daniel Radcliffe. Je tenais à lire ce livre avant de voir le film. En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)

Hello Halloween:
Pour commencer cette chronique, je tiens à vous donner quelques informations sur le rendez Hello Halloween. Grande fan de cette fête depuis longtemps, j'ai décidé dès la création du blog de lui consacrer chaque année un mois complet en Octobre. Un mois, dix chroniques pour nous préparer à la venue de cette fête! Cette année, j'ai décidé de mettre en avant les sorcières tout en parlant aussi d'autres créatures, comme les vampires ou les fantômes. Si vous avez envie d'en savoir plus sur ce rendez-vous, je vous invite à suivre le lien ci-dessous.


Susan Hill, c'est qui?
Il est à présent temps de nous pencher sur notre auteur du jour, Susan Hill. Née en 1942 dans le Yorkshire du Nord, cette romancière anglaise a toujours été passionnée par la littérature. Après ses études, elle devient journaliste et commence à écrire. Elle se montre très influencée et inspirée par les classiques noirs et la littérature gothique, comme le montre son roman le plus connu, The Woman in Black, traduit en français sous le titre La dame en noir. Susan Hill a également écrit plusieurs autres romans, dont une série d'enquêtes policières. Si vous souhaitez découvrir son travail plus en détails, je vous encourage à faire un petit tour du côté de son site internet.


The Woman in Black:
Résumé:
Nous voilà en Angleterre. Le vingtième siècle commence, et pour Arthur Kipps, la vie semble pleine de promesse. Travaillant pour un cabinet londonien, l'avoué est envoyé en mission à la campagne pour mettre en ordre les documents d'une certaine Mrs Drablow, qui vient de mourir. Mais très vite, Arthur réalise que cette tâche risque d'être très compliquée: les habitants des alentours de la maison de Mrs Drablow lui déconseillent d'y rester trop longtemps, et il se met à apercevoir des choses très inquiétantes, notamment la silhouette d'une femme vêtue de noir. Qui est-elle? Quels secrets cache la vieille demeure?

Une histoire dans la tradition des ghost stories:
Comme je l'ai mentionné un peu plus haut, Susan Hill porte un amour très visible aux classiques noirs et aux romans gothiques. La dame en noir en est un bon exemple. 
Tout d'abord, l'intrigue se passe au tout début du 20ème siècle. Une période assez intéressante, puisque c'est un moment mêlant progrès scientifiques et fascination pour l'occulte. Si les premières ghost stories et les premiers romans gothiques ont été publiés bien longtemps avant cette période, elle reste fortement empreinte de cet héritage. 
Le récit est de plus assez court (environ 150 pages selon les éditions), à mi chemin entre la nouvelle et le roman. Je ne sais si elle s'en est vraiment inspirée, mais ça m'a fait fortement penser à certaines histoires d'Edgar Allan Poe. 
Enfin, on retrouve de nombreux ingrédients présents dans les histoires classiques de fantômes: l'incrédulité, la méfiance des habitants, une histoire tragique... 

Notre héros enquête:
Nous suivons le personnage d'Arthur Kipps, un homme d'un certain âge qui décide de nous raconter une histoire qui lui est arrivée alors qu'il était encore un jeune homme à l'avenir prometteur. Arthur travaille pour un cabinet londonien, et a l'espoir de progresser dans sa profession. La mission de son employeur (celle de mettre de l'ordre dans les papiers de Mrs Drablow) lui apparait comme un bon moyen de prouver ses compétences. Même si pour cela il doit donc quitter temporairement sa fiancée Stella. 
La mission d'Arthur prend très vite la tournure d'un mystère d'une autre dimension. Car la maison de Mrs Drablow contient de nombreux mystères: des bruits étranges, des apparitions angoissantes dans la lande, portes qui grincent... Arthur est persuadé qu'il parviendra à comprendre le mystère de la dame en noir en se penchant sur ce qu'il trouvera dans la maison.



Ce que j'ai pensé du livre:
Comme beaucoup d'entre vous je pense, j'ai découvert The Woman in Black il y a quelques années, lorsque Daniel Radcliffe a joué dans l'adaptation du livre au cinéma. Je n'avais pas encore eu l'occasion de livre ni de voir le film, mais ça me tentait depuis longtemps. Alors, lorsque j'ai trouvé le livre en bibliothèque, je n'ai pas hésité très longtemps. Que dire de The Woman in Black? Et bien c'est une lecture assez sympathique, surtout en cette période, mais je ne suis pas totalement convaincue.

Démarrons par les points que j'ai appréciés. Tout d'abord, j'ai été assez séduite par la plume de Susan Hill, que je découvre avec ce livre. Elle parvient à créer une atmosphère très proche des classiques noirs et gothiques, ce que j'ai apprécié. C'est fluide, bien écrit, et j'ai aimé le fait qu'elle joue surtout sur les effets (bruits, sensations) plutôt que sur des apparitions spectaculaires. J'ai envie de lire d'autres livres de sa main. 

Je trouve qu'elle a aussi plutôt bien réussi l'histoire dans son ensemble. J'ai particulièrement apprécié le début ainsi que la fin, deux moments vraiment bien gérés selon moi. Comme le livre est assez court, il se lit vite et on n'a pas franchement le temps de s'ennuyer. Il se passe de plus beaucoup de choses, notamment lorsqu'Arthur est dans la maison.

En parlant d'Arthur, je trouve que c'est un personnage sympathique. On s'attache à lui et on suit avec intérêt son histoire. Néanmoins, j'avoue que son comportement n'est pas toujours le plus futé du monde, et il y a plusieurs moments où je me suis demandée ce qu'il faisait. J'ai aimé la relation qu'il établit avec la chienne Spider, un autre point que je voulais mentionner. 

En revanche, je trouve que le livre manque cruellement d'un facteur important dans ce genre d'histoire: la peur. Je n'ai pas eu peur du tout en lisant ce livre, je n'ai même pas ressenti un peu d'angoisse ou de stress. Pourtant, je ne pense pas être immunisée face aux situations effrayantes! C'est dommage, car le livre possède pas mal de qualité, mais pour moi, il manque vraiment quelque chose ici.

Néanmoins, The Woman in Black est une lecture que je recommande si vous cherchez un livre sympa et rapide à lire pour Halloween. N'ayant pas encore vu le film, je ne peux vous donner un avis dessus, mais j'espère pouvoir le voir prochainement.

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cette chronique vous plait! N'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire. On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup! :)

AnGee.

dimanche 9 octobre 2016

Hello Halloween #3: Anita Blake, Vampire Hunter, book 1: Guilty Pleasures part 1.



Bonjour à tous et à toutes!

Je suis AnGee du Livroscope, j'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour un nouvel article de notre mois spécial Halloween! Nous nous sommes quittés il y a quelques jours avec les héroïnes du film The Craft, et je vous propose de nous pencher aujourd'hui sur une autre héroïne, que certains connaissent sûrement. Pas vraiment de sorcières au rendez-vous, mais une chasseuse de vampires: Anita Blake, célèbre personnage de Laurell K. Hamilton. J'ai décidé de découvrir les comics inspirés par la série de romans, et j'ai donc lu le premier tome, que je vous propose de découvrir à présent. En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)

Hello Halloween:
Pour commencer, il me faut vous parler un peu du rendez vous Hello Halloween. Grande fan de cette fête et de son ambiance depuis longtemps, j'ai eu l'idée dès la création du blog de me lancer chaque année dans un mois complet consacré à Halloween. Cette année marque la cinquième édition du Hello Halloween. J'ai décidé de me focaliser sur les sorcières pour 2016, même si d'autres créatures sont au rendez-vous comme en témoigne cette chronique. Si vous avez envie de relire mes précédentes chroniques Halloween, je vous invite à suivre le lien ci-dessous!


Anita Blake, c'est qui?
Penchons nous d'abord sur Anita Blake, l'héroïne du comics que j'ai décidé de vous présenter aujourd'hui. Anita Blake est un personnage crée par Laurell K. Hamilton. Née en 1963 dans l'Arkansas, Laurell K. Hamilton a fait des études d'anglais et de biologie. Elle est mère d'une fille nommée Trinity, et elle s'est fait connaître à partir de la fin des années 90 et du début des années 2000 pour ses livres. Sa saga Anita Blake est extrêmement populaire et compte plus d'une vingtaine de romans. Ses romans font l'objet d'une adaptation en comics, et elle est aussi connue pour d'autres écrits comme sa saga Merry Gentry. Mais focalisons nous sur Anita Blake: Anita vit dans le Missouri, dans une Amérique qui connait l'existence des créatures surnaturelles. Son boulot: tuer les vampires. Elle assiste aussi la police pour résoudre des enquêtes impliquant des vampires ou autres monstres. C'est un personnage assez populaire, notamment en France, où ses aventures sont publiées chez Milady.

Anita Blake, Vampire Hunter, book 1: Guilty Pleasures part 1:
Résumé:
Entre Anita Blake et les vampires, c'est une histoire compliquée. La jeune femme est chasseuse de vampires, un véritable job qui occupe tout son temps. Elle vient aussi en aide à la police pour les aider à régler des enquêtes complexes. Mais lorsqu'elle se voit obligée d'enquêter sur la mort suspecte de plusieurs vampires, Anita se voit malgré elle contrainte de côtoyer ceux qu'elle tue au quotidien...


Ce que j'ai pensé de ce comics:
Si vous me connaissez un peu, vous savez que j'ai depuis toujours une passion pour les vampires, qui sont incontestablement mes créatures préférées. Cependant, je n'ai pas encore eu l'occasion de me lancer à la découverte de la saga Anita Blake: je dois avouer que le nombre assez impressionnant de tomes me fait un peu peur et que je voulais vraiment terminer mes sagas en cours avant d'en entamer une autre. Pouvoir avoir un aperçu de l'univers d'Anita Blake en comics me semblait une bonne idée. Mais malgré une lecture assez sympathique, je ne suis pas non plus très emballée...

Commençons par un point important lorsqu'on s'intéresse au comics: le dessin. Je suis déjà assez mitigée par cet élément. Dans l'ensemble, je trouve le dessin assez dynamique et avec des couleurs très accentuées qui donnent une atmosphère particulière au livre. Beaucoup de rouge, de gris, de couleurs vives à côtés de nuances sombres... En revanche, je ne trouve pas les personnages très réussis, à l'exception d'Anita, qui reste assez expressive: les autres personnages, en particulier les personnages masculins, semblent tous bâtis sur le même modèle, ce qui fait que c'est assez difficile de reconnaitre qui est qui.

En ce qui concerne l'intrigue, je l'ai dans l'ensemble assez bien aimé. Ce premier tome finit sur une sorte de petit cliffhanger qui incite à lire la suite pour découvrir ce qu'il va se passer. Il y a pas mal d'action, il se passe beaucoup de choses et la lecture se fait assez vite. En revanche, je regrette qu'il n'y ait pas eu une ou deux pages pour situer un peu l'histoire, car lorsqu'on ne connait pas l'univers ou le personnage d'Anita Blake, on peut se sentir un peu perdu.

Je pense que c'est le gros problème de ce comics: il s'adresse aux gens qui connaissent déjà la saga et ses personnages. Si on est, comme moi, un novice dans l'univers de Laurell K. Hamilton, on se retrouve un peu propulsé au milieu de nulle part, sans trop comprendre les motivations des personnages ou la composition de ce monde. C'est vraiment dommage, à plusieurs moments je me suis vraiment sentie perdue. C'est d'ailleurs pour cela que la chronique est beaucoup, beaucoup plus courte que d'habitude: je ne savais pas quoi dire de plus...

Pour ce qui est des personnages, je ne les connais pas encore suffisamment pour me prononcer de façon définitive, mais je suis intriguée par la relation entre le vampire Jean-Claude et Anita. Anita, d'ailleurs m'intéresse aussi: on sent que les vampires, même s'ils sont son gagne-pain, représentent quelque chose de très complexe, entre une certaine fascination, la colère et la peur. C'était intéressant de voir ses réactions à travers l'histoire.

Malgré mon impression finale mitigée, ce comics a le mérite de me donner envie de découvrir pour de bon Anita Blake. Je vais d'abord finir d'autres séries, et je m'y lancerai donc!

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cette chronique vous plait, n'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire! On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup! :)

AnGee. 

Si vous avez aimé...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...